France

Monsieur Mikael Patrick Hollner, Président AMOR-France

Après un voyage en Afrique de l’ouest, plus précisément au Sénégal avec mes parents, ma vocation d’être utile et être au service des autres s’est affirmée une fois retourné en Suisse. J’aimerais remercier la Direction et le Collège de A.M.OR pour la confiance et souhaite œuvrer davantage pour voir le sourire sur les lèvres des enfants orphelins et les plus démunis…

Monsieur Axel Greub, Délégué aux affaires extérieurs

Je suis reconnaissant envers l’ONG A.M.OR pour l’opportunité qu’elle m’offre. Je suis déterminé à donner le meilleur de moi afin qu’ensemble, nous puissions atteindre les objectifs fixés par la Direction Exécutif de notre organisation.

Madame Perrine Bertrand

Stagiaire-Palais des Nations

Collaboratrice A.M.OR-France

PROJET HUMANITAIRE

Nous souhaitons pour notre projet humanitaire qui est de distribuer des fournitures aux enfants, partir au Sénégal pour une durée de quelques jours (à peu près 6 jours serait l’idéal) pendant la deuxième semaine janvier 2019.

TÉMOIGNAGE : MISSION HUMANITAIRE – SENEGAL

JANVIER 2019

Retour en questions sur la première mission humanitaire de cette année grâce à nos
4 stagiaires parties une semaine au Sénégal distribuer fournitures scolaires et
sourires.
De la préparation du voyage jusqu’au récit des rencontres en passant par le
financement de la mission, découvrez plus en détail les dessous de cette mission qui
aura marqué un début d’année 2019 enrichissant pour l’ONG A.M.OR.

Première partie : La préparation au projet.

Pouvez-vous vous présenter brièvement ainsi que votre équipe ?

(Prénoms, âges, études, etc.).
Nous sommes 4 étudiantes en deuxième année de DUT gestion des entreprises et des
administrations. Elisabeth a 20 ans, et Eugénie Justine et Amélie ont 19 ans.

Quelle était l’objectif de votre mission humanitaire ?

(Lieu, durée, objectif).
Notre but était d’aider une école primaire avec l’aide d’une association en leur distribuant
des fournitures scolaires et des livres dans le but d’aider à améliorer leurs conditions
d’éducation.
Nous avons alors choisi le Sénégal pour la durée d’une semaine.

Comment avez-vous financé votre mission humanitaire ?

Nous avons financé notre projet humanitaire en créant une cagnotte Leetchi que nous avons
partagée dans notre école et sur les réseaux sociaux. Nous avons aussi eu un don de la part
d’un joueur de foot Sénégalais à Amiens.

Comment avez-vous découvert l’association ?

Nous l’avons découvert sur internet et sommes tombées sur le mail des membres de
l’association.

Quelles démarches avez-vous effectué pour obtenir des dons de fournitures
scolaires ?
Nous avons démarché des supermarchés, nos proches, et sur les réseaux sociaux.

Avez-vous eu besoin de visas et ou de vaccins avant le départ ?

Nous avons eu besoin de notre passeport et de vaccins (l’hépatite A, la typhoïde et la fièvre
jaune, méningite).

Etiez-vous déjà parti en Afrique auparavant ?

Non jamais, c’était vraiment l’occasion de découvrir.

Deuxième partie : la mission

Comment était votre logement ?

Très bien, nous étions un peu surprises au début car c’est très différent de chez nous (pas de
lit, pas d’eau chaude, toilettes turques…). Mais au fil des jours, on s’y fait !

Comment avez-vous trouvé la nourriture locale ?

La nourriture était très bonne, c’était super de découvrir d’autres traditions et d’autres
saveurs. Tout était très bien cuisiné, que ce soit au restaurant ou dans la famille.

Aviez-vous des accompagnateurs ? Quelle a été votre relation avec eux ?

Nous étions en compagnie de notre guide Arona, la relation était super, c’était un peu
comme notre tonton ! Il était très protecteur avec nous et nous a aidé à nous habituer au
pays. Il a été très gentil et très généreux. Il nous a par exemple offert une balade en calèche
dans Saint-Louis. Il fait partie des meilleures rencontres faites durant ce voyage et il nous
manque déjà !
Nous étions aussi en compagnie de Fatou Barro, qui est membre de l’association A.M.OR et
qui nous a accompagné dans les écoles. C’est une personne très gentille et généreuse
également. Elle nous a beaucoup touché, nous avons eu l’occasion de rencontrer sa famille
chez elle, c’était vraiment super et très chaleureux !

Dans quelles écoles avez-vous fait des distributions ?

Dans l’école primaire Macodoundiaye, à Saint-Louis puis à Rao, une école à la campagne.

Racontez-nous donc un peu … (accueil, organisation des classes, besoins des écoles,
similitude ou non avec la France, etc.).

La première école était celle en ville à Saint-Louis, l’accueil était très chaleureux et le
directeur très gentil. Il y avait 12 classes et 55 élèves dans chacune d’elle. Nous sommes
passés dans toutes les classes pour leur dire que nous avions des fournitures pour eux et
passer un bon moment, les élèves nous accueillaient avec un chant.
La deuxième école était celle à la campagne, pauvre, et complétement différente de la
France. Les classes étaient faite avec du bois et des taules, c’était assez impressionnant.
L’accueil était chaleureux aussi. Les élèves étaient plus joueurs avec nous, ils voulaient faire
beaucoup de photos et qu’on joue avec eux. C’était un bon moment. Les classes étaient
moins nombreuses à la campagne (environ 27 par classe), l’école est constituée de 128
garçons et 127 filles.
Nous avons constaté dans ces deux écoles que le niveau scolaire au Sénégal est plus poussé
qu’en France, ce qu’ils étudient en CM1-CM2, nous l’étudions au collège.

Qu’est-ce qui vous a le plus touché ?

L’accueil de toutes les personnes en général au Sénégal. Nous avons surtout retenu qu’ils
n’ont pas grand-chose mais pourtant, ils n’hésitent pas à donner le peu qu’ils ont, c’était très
touchant. Ils sont tous bienveillants, ils adorent leur pays et pour rien au monde ne le

quitteraient. Les visites dans les écoles nous ont beaucoup touchés parce que les conditions
sont différentes de la France, des locaux en passant par les stylos, les feuilles etc… Mais les
élèves avaient envie d’apprendre et avaient tous le sourire.

Avez-vous fait d’autres choses à part la distribution de dons ?

Oui, nous avons visité Saint-Louis en calèche, puis l’Ile de Gorée et avons profité des villages
Sénégalais ainsi que des restaurants et de la cuisine sénégalaise.

Repartiriez-vous au Sénégal ?

Si c’était possible, un grand oui ! C’était génial et si toutes les conditions sont réunies alors
oui, nous y retournerions !

Si vous deviez donner des conseils à des futures stagiaires, lesquels seraient-ils ?

De ne pas baisser les bras lors du début du lancement du projet, il faut beaucoup travailler
et faire connaître son projet à un maximum de personnes pour réussir. Et surtout, de
profiter ! Parce que cela passe très vite, et c’est beaucoup d’émotions en quelques jours….

X